Média citoyen marocain

Paris, le 02 Octobre 2013.

Scandalisés et alarmés par la mise en examen de Monsieur Ali ANOUZLA, responsable de la publication marocaine indépendante Lakome, un ensemble de personnes (militants, avocats, étudiants  etc…), soutenu par l’Association Marocaine des Droits Humains Section Paris-IDF, CAPDEMA, Node Maroc, Reporters sans frontières, ont créé le 1er octobre 2013 le comité de soutien en France pour la libération d’Ali ANOUZLA.

anouzla-amdh-paris

Rappel des faits

Le 14 septembre 2013, le site d’information en ligne LAKOME a publié un article rédigé par Monsieur Ali ANOUZLA relatif à une menace terroriste formulée à l’encontre du Maroc. Cet article, informant d’une propagande terroriste contenue dans une vidéo, proposait un lien vers un quotidien espagnol qui avait lui-même publié l’information et ladite vidéo. Le 17 septembre 2013, la police judiciaire de Casablanca a placé Monsieur Ali ANOUZLA en garde à vue, après avoir saisi les ordinateurs de la rédaction. Après 8 jours d’enquête préliminaire, Monsieur Ali ANOUZLA a été présenté  au juge d’instruction chargé des affaires terroristes. Le 24 septembre 2013, à la suite de cette première comparution, Monsieur Ali ANOUZLA a été mis en examen pour « assistance délibérée à des criminels ayant commis des actes terroristes », « fourniture de moyens pour des actions terroristes » , et « apologie de crimes terroristes ». Le journaliste, qui encourt 10 à 30 ans de réclusion criminelle, a été immédiatement placé en détention préventive à la prison Zaki à Salé.

Bien que cette procédure judiciaire, fondée sur une décision politique et arbitraire, vise un homme en particulier, elle constitue en réalité une menace grave pour l’ensemble de la presse indépendante au Maroc. Une telle décision démontre à quel point, en 2013, le Royaume du Maroc échoue dans son accomplissement démocratique et dans sa construction d’un État de droit.

L’usage d’une législation antiterroriste à l’encontre d’Ali Anouzla constitue une menace grave pour la liberté d’expression et l’utilisation d’une procédure d’exception constitue, en tout état de cause, une menace sérieuse au droit à un procès équitable. L’engrenage répressif dans lequel se sont enfermés les autorités vise à terroriser l’ensemble de la presse marocaine et des citoyens marocains.

Depuis l’arrestation d’Ali Anouzla, plus de 50 organisations à travers le monde (dont Amnesty International, Reporters sans frontières, Human Rights Watch) ont exprimé leur solidarité avec Ali Anouzla en dénonçant sa détention et en exigeant sa libération immédiate et sans conditions. Des journalistes (comme Florence Aubenas et Edwy Plenel) ou encore des intellectuels (comme Edgard MORIN), ont également affiché leur soutien en faveur d’Ali ANOUZLA.

Le comité considère Monsieur Ali ANOUZLA comme détenu d’opinion et dénonce la procédure dont il fait l’objet comme étant une atteinte grave au droit à la liberté d’expression inscrit, notamment, dans l’article 19 du Pacte international sur les droits civils et politiques ratifié par le Maroc, ainsi que dans l’article 25 de la Constitution du Maroc.

Le Comité se donne pour mission exclusive d’exiger, le respect de la liberté de la presse et du droit de savoir au Maroc, la fin des poursuites à l’encontre d’Ali ANOUZLA et sa libération immédiate.

Premiers soutiens du comité :

Association Marocaine des Droits Humains Paris-IDF, CAPDEMA, Node Maroc, Reporters sans frontières.

Voir le communiqué sur le site de l’AMDH Paris-IDF.