Média citoyen marocain

Deux sections de l’Association Marocaines des Droits Humains (AMDH) basées en France ont demandé l’ouverture « urgente d’une enquête indépendante sur l’implication de l’ambassade du Maroc à Paris dans la préparation d’une séquestration de deux citoyens franco-marocains ».

Dans une lettre adressée conjointement au Ministère marocain des affaires étrangères et à l’Ambassade du Maroc à Paris, ces deux sections de l’AMDH rappellent les soupçons qui entourent le déjeuner entre un haut fonctionnaire de ladite ambassade [d’après Demainonline celui-ci serait le frère de Karim Ramzi qui a fait ses études au collège royal dans la même promotion que le Roi Mohammed 6] et le sénateur et homme d’affaires français Serge Dassault.

France Inter avait dévoilé auparavant les discussions autour de cette rencontre : Quelques heures après son déjeuner, Jean-Pierre Bechter appelle son directeur de la jeunesse et des sports, Machiré Gassama pour lui en faire le compte rendu.

Le maire de Corbeil parait satisfait de la réaction du chargé d’affaires marocain :

Écoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

- Il m’a dit de donner trois fiches. Le mec, il se pourléchait déjà les babines, explique Jean-Pierre Bechter. Il disait à Serge [Dassault] : « Ah oui, on va s’en occuper, Monsieur Dassault, ne vous inquiétez pas. Ces gens là vous font chanter ? Ah bon…

La veille, à 19 heures, Jean-Pierre Bechter a appelé son directeur des sports pour préparer ce fameux rendez-vous à l’ambassade.

Ecoute téléphonique du 13 février 2013. 19h

Bechter : Il faut que tu donne les noms et les adresses précises, hein, des deux loustics et les téléphones hein !

- Gassama : Ouais, ouais, tu auras tout ça demain.

Bechter : C’est fondamental, hein

Gassama : Ouais, ouais …

Bechter : On a monté le déjeuner pour ça, hein.

Le matin du déjeuner, à 9h34, Machiré Gassama envoie deux SMS à Jean-Pierre Bechter en lui indiquant le nom de Fatah Hou, ainsi que des renseignements précis le concernant.

À 12h07 et 12h09, le directeur de la jeunesse et des sports envoie deux nouveaux SMS concernant, cette fois, le franco-marocain Rachid El Madhi.

Le soir, dans son compte-rendu à Machiré Gassama, Jean-Pierre Bechter évoque un troisième habitant de Corbeil : Mamadou Kebe.

Ecoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

Il faut qu’on donne aussi Kebe (…) Je vais préparer les trois fiches.

« Ils vont être surpris de l’accueil à la descente de l’avion »

Quel était précisément le but de ces préparatifs : intimidation ? Arrestation arbitraire ? Séquestration ? Autre chose ? Impossible de le dire, mais pour Marie Dosé, l’avocate de Fatah Hou, « le projet criminel était très précis et très sérieux ». Quelques heures après le déjeuner, le maire de Corbeil et le directeur des sports en parlent en ces termes

Ecoute téléphonique du 14 février 2013. 19h06

Jean-Pierre Bechter : – Je sens que quand ils vont arriver au Maroc, ils vont être surpris de l’accueil à la descente de l’avion. »

Machiré Gassama : – Ah génial ! Et alors attends on va s’organiser pour qu’ils partent, dès que c’est bon, hein ?  (…) J’ai ce qu’il faut pour les aider. T’inquiètes pas. (…) Et puis ça, ça nous enlèvera une épine hein ?

Jean-Pierre Bechter : Oh putain, ça c’est vrai. C’est les trois derniers emmerdeurs, hein quand même.

 

Voici le communiqué des deux sections de l’AMDH :


Destinataires :
· Ministère marocain des affaires étrangères.
· Ambassade du Maroc à Paris.

Objet : Demande d’ouverture urgente d’une enquête indépendante sur l’implication de l’ambassade du Maroc à Paris dans la préparation d’une séquestration de deux citoyens franco-marocains.

Les sections Paris/Ile-de-France et Nord-France de l’Association  Marocaine des Droits Humains (AMDH) ont appris avec beaucoup d’inquiétude et de crainte l’information selon laquelle l’ambassade du Maroc à Paris serait impliquée dans la préparation de la séquestration de deux citoyens franco-marocains à leur arrivée au Maroc.

Un haut responsable de l’ambassade du Maroc à Paris aurait déclaré, lors d’un déjeuner organisé le 14 février 2013 au siège de l’entreprise Dassault, qu’il allait « s’occuper » des deux citoyens comme service rendu à ce même Dassault.

Les informations et les échanges téléphoniques diffusés sur bon nombre de médias (France Inter, etc.) laisseraient croire qu’il s’agirait bel et bien d’une entreprise criminelle impliquant l’ambassade du Maroc à Paris, censée défendre et protéger les marocain(e)s.

Les sections AMDH-Paris/IDF et AMDH-Nord-France demandent l’ouverture urgente d’une enquête indépendante pour clarifier cette situation, qui est pour le moins, très suspecte.

Le 15 janvier 2014, Paris.
Bureau de l’AMDH-Paris/IDF
Bureau de l’AMDH-Nord France.